Dans les songes du brouillard

«Les divers endroits de la terre sont des êtres aussi, dont la personnalité est si forte que quelques-uns meurent d’en être séparés, si particulière en tous cas que beaucoup recherchent tous les ans l’agrément de leur société et gardent dans l’absence le souvenir de leur charme. Et chacun a tour à tour ses expressions diverses, de sorte que qui aime un endroit aime les temps différents et toutes les heures. Car il sent que la vie d’un endroit, pour peu animée qu’elle semble, est beaucoup plus variée que nous ne croyons.

Quand, le soleil perçant déjà, la rivière dort encore dans les songes du brouillard, nous ne la voyons pas plus qu’elle ne se voit elle-même.»

Marcel Proust, Jean Santeuil.